(jour 231) Meilleure utilisation de l’énergie et prospérité mutuelle (42/55)

 

Traduction de travail par Yves Cadot de : Kanō Jigorō. « Seiryoku saizen katsuyō jita kyōei 精力最善活用自他共栄 (Meilleure utilisation de l'énergie et prospérité mutuelle ». Seiryoku zen.yō 『精力善用』(Bonne utilisation de l'énergie). Aijitsu Kyōikukai 愛日教育会. Juillet 1925.

De la même façon, on ne peut accepter ni le principe de gourmandise absolue ni celui de loisir absolu. On peut s’adonner autant qu’on le désire à sa gourmandise ou ses loisirs tant que cela est compatible avec ce qui doit être protégé. C’est une erreur de penser que parce qu’on cultive ses loisirs, c’est bien. Ainsi, quel que soit le problème, si on le réfléchit à la lumière du principe de la pérennité et du développement de la société, on peut alors le résoudre facilement. Donnons encore un exemple. Une personne ayant deux enfants est alitée, malade, et l’un de ses enfants s’occupe d’elle à demeure. Comme son autre enfant est en voyage en Sibérie, le parent alité s’inquiète pour lui et s’en ouvre à celui qui est en permanence à son chevet. Sur ce, la maladie empire et le médecin ne peut se prononcer sur la gravité avant le lendemain ou le surlendemain. La veille au soir est arrivé un télégramme expliquant en détail que l’enfant en voyage a été tué de façon atroce. Lorsque, après, le malade demande des nouvelles, le problème est de savoir ce qui est moral : dire ce qui l’en est ou n’en rien faire ? Si l’on ne dit rien, cela revient à mentir à son parent.

それと同様に、食慾至上主義も許されなければ、趣味至上主義も許されない。食慾も、趣味も、他の守るべきことと両立する以上は、おのれの欲するようにしてもよいのである。趣味さえ養えばよいというようなことは間違った考えであります。こういうふうに、いかなる問題でも社会の存続発展の原理に照して考えてみれば、容易に解決することが出来ます。今、さらに一例を挙げてみましょう。一人の親が二人の子供を有っていて、親は病床に在って、一人の子供は家に居てその看護をしている。他の一人の子供はシベリアに旅行しているので、病床にある親はその子の安否を心配して、始終側[そば]に居る子供に尋ねます。そのうち、病は革[あらたま]って医師が明日か明後日[あさって]かまで無事かどうかが受合われぬと宣告した。その前夜、シベリアから通信があって、旅行先の子供は無惨な殺されかたをしたと、詳しく知らせてきた。その後病人がまたその安否を尋ねた時、それを病人に知らしめるのが道徳か、いわぬのが道徳かということは一の問題であります。いわなければ親に嘘をいうことになります。