(jour 228) Meilleure utilisation de l’énergie et prospérité mutuelle (39/55)

 

Traduction de travail par Yves Cadot de : Kanō Jigorō. « Seiryoku saizen katsuyō jita kyōei 精力最善活用自他共栄 (Meilleure utilisation de l'énergie et prospérité mutuelle ». Seiryoku zen.yō 『精力善用』(Bonne utilisation de l'énergie). Aijitsu Kyōikukai 愛日教育会. Juillet 1925.

Il y a ici un verre d’eau. Admettons que je le veuille et que quelqu’un d’autre désire boire également, alors, si nous nous querellons, le plus fort repoussera l’autre, boira l’eau, et si le lendemain la même chose se reproduit, le faible guettera un moment d’inattention du fort et peut-être le blessera-t-il. Mais si je considère que je veux le boire et que l’autre le veut certainement aussi et qu’alors j’en bois la moitié et laisse le reste, c’est une concession mutuelle et on doit qualifier cela de manifestation d’un beau sentiment. Les hommes doivent absolument s’entraider et se concéder les uns les autres. Nous, en tant qu’un des membres de la société, si l’on souhaite préserver la paix comme l’ordre et mener une vie sociale, devons en permanence avoir pour état d’esprit de s’aider et se concéder mutuellement. Comme, en abrégé, cela donne prospérité mutuelle par mes efforts et ceux des autres [NDT : jita kôei], même s’il est de nombreux préceptes moraux, même s’il existe toutes sortes d’enseignements religieux, la morale peut toute entière être exprimée par ce principe. Lorsque le confucianisme, le bouddhisme ou le christianisme décrivent la morale, ils le font tous en se basant sur ce principe. Non, c’est juste que la façon de l’exprimer de chacune diffère, mais le principe fondamental est identique. La raison en est que tous les enseignements moraux sont inutiles si on se détache de la société et que, puisqu’il y a société, il ne peut en aller autrement que d’avoir pour but qu’elle se maintienne et se développe. Certains souhaitent peut-être quitter la société et vivre sur une île isolée ou au fin fond des montagnes mais à partir du moment où l’on vit dans ce monde, on doit se conformer à ce principe.

今ここに一杯の水があります。自分も欲しい、他人も飲みたいとて、互いに争うならば、力の強い者が他人をおしのけてこれを飲み、明日もそういうことを繰返すならば、弱い者はどうかして強い者の油断を狙[ねら]って、どういう害を加えるかもしれない。しかし自分が飲みたければ他人も飲みたかろうと思って、自分はそれを半分飲んで半分を人に譲るならば、それが相譲で、美しい人情の発露というべきであります。人はどうしても、互いに助け合い譲り合っていかなければならないのであります。我々が社会の一員として、安寧秩序を保ち、社会生活をしていこうと思えば、常に相助け相譲るという精神をもってしなければなりませぬ。これを約言していうならば、自他共栄となるので、種々道徳の学説があり、種々宗教の教えがありますが、道徳は皆この原理によって説くのであります。儒教でも、仏教でも、キリスト教でも、道徳を説く時はことごとくこの原理に基づいて説いているのであります。否おのおのの説き方が異なっているだけで、根本の原理は同一のものであります。なぜならば、いずれの道徳教も社会を離れては教えの必要はなく、社会がある以上は、その社会が存続し発展していくことを目的としないわけに行かぬからであります。社会を離れて、離れ島や山奥に住もうという人があるならばいざ知らず、この世の中に生活する以上は、この原理に従わなければならないのであります。