(jour 220) Meilleure utilisation de l’énergie et prospérité mutuelle (31/55)

 

Traduction de travail par Yves Cadot de : Kanō Jigorō. « Seiryoku saizen katsuyō jita kyōei 精力最善活用自他共栄 (Meilleure utilisation de l'énergie et prospérité mutuelle ». Seiryoku zen.yō 『精力善用』(Bonne utilisation de l'énergie). Aijitsu Kyōikukai 愛日教育会. Juillet 1925.

Nous ne sommes pas en mesure de produire dans notre pays le riz nécessaire à l’alimentation de notre peuple, et que nous devions en acheter à l’étranger est une des causes de l’excédent des importations. Gaspiller ainsi le sake fabriqué avec ce riz est quelque chose d’inconcevable si on y réfléchit sérieusement. Et c’est à cause de la coutume d’échange de coupes que cela se produit. Et puis, dans notre pays, très nombreuses sont les personnes atteintes de tuberculose pulmonaire, laquelle s’est certainement propagée à l’occasion de ces échanges de coupes de sake. Je suis persuadé que sitôt que nous aurons sérieusement réfléchi au principe de meilleure utilisation de l’énergie, ces mauvaises habitudes également disparaîtront aussitôt. C’est pourquoi, en nous basant sur le principe de meilleure utilisation de l’énergie, nous devons rectifier à leurs racines les mauvaises tendances de la société contemporaine et envisager le plein développement des capacités tant individuelles que de la Nation.

我が国は国民の食うだけの米が国内に出来ず、外国から米を買っていて、それが輸入超過の一原因をなしている。その米で造った酒を無駄に棄てるということは、本気に考えてみれば出来得ることでない。そういうことは献酬の習慣があるために行われるのである。また我が国には肺結核患者がずいぶん多い、それらはこの酒杯の献酬の際伝播[でんぱ]した事実もあろうと思う。こういう弊風も、一度精力最善活用主義を真面目に考えてみれば、たちまちに消滅してしまうものと信じます。そういう訳ですから、精力最善活用という主義に基づいて、今日の社会の弊風を根本から改めて、個人も国家も実力の充実を図らなければなりませぬ。