(jour 214) Meilleure utilisation de l’énergie et prospérité mutuelle (25/55)

 

Traduction de travail par Yves Cadot de : Kanō Jigorō. « Seiryoku saizen katsuyō jita kyōei 精力最善活用自他共栄 (Meilleure utilisation de l'énergie et prospérité mutuelle ». Seiryoku zen.yō 『精力善用』(Bonne utilisation de l'énergie). Aijitsu Kyōikukai 愛日教育会. Juillet 1925.

D’abord, il est évident que des connaissances en morale sont indispensables. En effet, tant qu’on ne sait pas ce qui est bien, ce qui est mal, ce qui est juste, ce qui est faux, tant que nous n’avons éduqué ni les connaissances ni la capacité de jugement pour résoudre tous types de problèmes moraux, on ne peut espérer un comportement parfaitement moral. Et même acquises les connaissances et la capacité de jugement, si la morale n’est pas éduquée émotionnellement, aucune puissance intense poussant à aimer le bien, haïr le mal, désirer le juste et détester le fax n’est générée. Ce à quoi il faut ajouter que, sans la force de l’habitude, il est facile de négliger le bien même si on le connaît ou difficile de prévenir le mal bien qu’on en soit averti.

まず道徳に関する知識の必要なることは論を待たぬのであります。何となれば、何が善であり何が悪であるか、何を正とし何を邪とするかを明らかにせぬ以上、また道徳上種々の問題に対し、それらを解決するに必要なる知識と、判断力が養われていぬ以上は、正しい道徳的の行為は望み得られぬわけであります。次にそれらの知識や判断の力が養われていても、もし感情的に道徳が養われておらぬと、善を好み悪を悪[にく]み、正を慕い邪を嫌う強烈なる力が生じてこない。またこれに加うるに、習慣の力がないと、善いとは知りながら怠りやすく、悪いとは知りながら止[や]め難いようなことが往々にあるのであります。