(jour 208) Meilleure utilisation de l’énergie et prospérité mutuelle (19/55)

 

Traduction de travail par Yves Cadot de : Kanō Jigorō. « Seiryoku saizen katsuyō jita kyōei 精力最善活用自他共栄 (Meilleure utilisation de l'énergie et prospérité mutuelle ». Seiryoku zen.yō 『精力善用』(Bonne utilisation de l'énergie). Aijitsu Kyōikukai 愛日教育会. Juillet 1925.

Cependant, si on s’alimente mal, cela est, à l’inverse, préjudiciable. Quand on ne s’alimente pas selon la méthode la plus adéquate, on ne peut obtenir le meilleur résultat. Par exemple, il ne faut point trop manger. Non seulement cela revient à dépenser inutilement une nourriture gagnée par nos efforts, mais cela est mauvais pour le système digestif. Et, si on ne mange pas assez, on ne reçoit alors pas les nutriments dont on a besoin. Ainsi, utiliser au mieux son énergie pour ce qui est de s’alimenter revient à ne manger ni trop ni pas assez. Il y a également toutes sortes d’autres conditions comme bien mastiquer ou laisser un temps suffisant entre les repas. Manger en se basant sur ces critères consiste en la meilleure utilisation de l’énergie pour ce qui est de se nourrir. Il y a des conditions de même nature pour ce qui est de boire.  

しかしその飲食は仕方が悪ければかえって害になる。最も適当な方法で飲食をしないと、最良の結果が得られない。たとえば、食い過ぎてはならぬ。食い過ぎるということは、人間が労力を費して拵[こしら]えた食物を、不必要に多く費すことになるのみならず、腸胃を害する。それでは、食い足りなければどうかというに、それでは必要だけの栄養が取れぬ。そうすると食うために精力を最善に活用せしむるには、食い過ぎてもならなければ、食い足りなくてもならぬ。また適当に咀嚼[そしゃく]し、適当の時間を距[へだ]てて食うというように、いろいろの要件がある。そういう要件に基づいて食うのが、食うことについての精力の最善活用である。飲むことについても同様の要件がある。