(jour 203) Meilleure utilisation de l’énergie et prospérité mutuelle (14/55)

 

Traduction de travail par Yves Cadot de : Kanō Jigorō. « Seiryoku saizen katsuyō jita kyōei 精力最善活用自他共栄 (Meilleure utilisation de l'énergie et prospérité mutuelle ». Seiryoku zen.yō 『精力善用』(Bonne utilisation de l'énergie). Aijitsu Kyōikukai 愛日教育会. Juillet 1925.

Mais, comme nous ne sommes pas sortis de l’époque féodale depuis bien longtemps, aujourd’hui encore la pensée d’exclusion de l’extérieur est florissante, nous manquons d’harmonie sur le plan intérieur également et, en particulier, l’idée qu’un pays étranger est un pays ennemi ne faiblit pas. Ne sont-ils pas nombreux à détester les étrangers, à user de sobriquets dédaigneux à l’égard des Occidentaux ou des Chinois ? C’est bien là la preuve que les Japonais ne se rapprochent pas des étrangers. Et qu’avons-nous à gagner à dire de telles choses ? Cela ne fait que les blesser et si nous méprisons les autres pays, il est naturel qu’ils nous méprisent également. Si l’Australie ou le Canada nous rejettent, si les États-Unis d’Amérique ne se sont pas satisfaits du Gentlemen’s Agreement de 1907 [NDT : visant à limiter l’immigration et dénoncé en 1924] pour en arriver à rejeter totalement nos immigrés, tout naît de cela.

しかるに、我が国は封建時代を去ること遠からず、今なお、当時の排外思想が盛んで、国内のことについてもとかく融和を欠いていて、ことに、外国といえば敵国であるというような考えが廃[や]まぬのであります。外国人を嫌い、欧米人や支那人を蔑称で呼ぶようなものが少なくないではありませんか。それは日本人が外国人と親しまない証拠です。そういうことをいって、何の得るところがありますか。彼らの感情を害するのみで、我が他国人を軽蔑すれば、彼も我を軽蔑することは当然であります。豪州やカナダが我を排斥するのも、北米合衆国が紳士条約で満足せず、徹底的に我が移民を排斥せんとするのも、皆ここに胚胎[はいたい]しているのであります。