Ligne blanche sur ceinture noire

Les personnes qui sont allées au Japon me demandent souvent pourquoi les ceintures noires des filles sont traversées d’une ligne médiane blanche.

Eh bien… je n’ai pas de réponse ! (pour l’heure, en tout cas)

Aucun de tous les ouvrages que j’ai pu compulser n’évoque la question et, à ma connaissance, seul un texte de Kanô Jigorô y fait allusion. Le Board of tourist industry / Japanese government railways, avait commandé plus d’une centaine de livrets en anglais afin de présenter aux étrangers différentes facettes de la culture japonaise (sans doute en prévision des Jeux olympiques de 1940, prévus à Tôkyô. Or, le n° 16 de la série s’intitule JUDO (JUJUTSU) et a été écrit par Kanô en personne [1]. Voici ce que l’on y trouve :

« Those who hold Dan or Kyu grades in the women’s division, which correspond to those of the men’s division mentioned above, should use respectively the red, red and white, black, brown or violet belts with white stripes around the middle. » ([1], p.39)

[N.B.: les ceintures marron et violette sont alors portées du 3e au 1er kyû, la première chez les adultes, la seconde chez les jeunes]

Il n’y a aucune explication pour étayer cela : c’est un fait, point.

Ce que nous pouvons en dire :

  • Comme le prouve le texte cité ainsi que la photo ci-dessous, c’était déjà le cas du vivant de Kanô ;
  • C’est en 1999 que la FIJ a interdit l’utilisation de ces ceintures en compétition internationale y voyant une discrimination ;
  • Jusqu’en 1999 (jusqu’à la décision ci-dessus, donc), le règlement du Kôdôkan stipulait que les filles devaient porter une ceinture avec une ligne blanche médiane d’1/5e de la largeur ;
  • Malgré l’abrogation de cette clause, l’habitude perdure aujourd’hui encore dans les dôjô japonais.

joshi-5_small

(source photo : [2], p. 23)

Les explications avancées :

  • Pour différencier (négativement [Mizoguchi Noriko] ou positivement [Yamaguchi Kaori]). Mais… différencier quoi ? Les filles des garçons ? Un peu désobligeant, non ?
  • Voici l’explication, plus convaincante à mon sens, entendue voici plusieurs années (mais je ne sais plus de qui et n’ai aucune source pour l’étayer ou la réfuter). Les filles n’ont pas eu le droit de faire des shiai au Japon jusque dans les années 1970. Or, pour les garçons, c’est au travers du shiai que l’on obtenait le 1er dan. C’est donc par un examen « technique » que les filles ont passé leurs dan jusque dans ces années [rappelons que la section féminine du Kôdôkan date de 1926 et que la première 1er dan, Kosaki Kaneko (1908-1996), a obtenu son grade en 1933] et ce serait pour différencier le mode d’obtention (en shiai = ceinture noire / en technique = ceinture noire avec ligne blanche) que cette marque aurait été mise en place.
  • Précisons un peu cet aspect ([3], p. 156). C’est à partir de 1968 que le Kôdôkan commence à se poser la question d’une possible expression en compétition pour les filles mais sans parvenir à quoi que ce soit de concret jusque 1974 où est mis en place (suite à la validation en 1972 par la FIJ des compétitions féminines déjà adoptées par trois fédérations continentales) une « compétition d’entraînement », renshû shiai, et que ce n’est qu’en 1977 que la Fédération japonaise confirmera cette tendance d’une compétition « dont la manière ne va pas à l’encontre des objectifs de pratique de la section féminine du Kôdôkan ». Formule énigmatique s’il en est mais qui, loin de faire des pratiquantes des « judoka » à l’instar des garçons au travers de cet exercice de la compétition, ne les a pas libérées de leur condition de… « fille », justement, et qui a sans doute pu justifier le maintien du recours à la ligne blanche sur leurs ceintures.

En conclusion, sans doute pouvons-nous dire que c’est par habitude que cette « tradition » perdure sans que plus personne ne soit – sauf à exhumer un document nous éclairant à ce sujet (ce dont je ne désespère pas) – plus en mesure d’en expliquer ni l’origine ni la raison.

____________________________________

Bibliographie :

  • [1] Kanô Jigorô, Judo (Jujutsu), Board of tourist industry / Japanese government railways, Tourist Library: 16, Tōkyō, 1937, 70 p.
  • [2] Kanô shihan o shinonde 嘉納師範を偲んで, Kôdôkan, 講道館,1995.
  • [3] Jûdô daijiten 柔道大辞典、Atene shobô アテネ書房、1999.

____________________________________