Mifune Kyûzô, l’esprit et… le corps !

img053

 

(photo : Claude Thibault, Vérités sur le judo japonais, Judo International, Paris, 1963)

Mifune Kyûzô 三船久蔵 (1883-1965), « L’homme que l’on appelait la divinité du judo » (pour reprendre le titre du livre de Shimazu Yoshitada 嶋津義忠, cf. sources ci-dessous), 10e dan du Kôdôkan, est, pour beaucoup de judokas de par le monde, ce vieil homme chétif, ballotté par ses partenaires de randori et qui, sur une reprise d’opportunité, projette les 8e dan aussi facilement que des benjamins (ici ou ici). Un corps si diaphane qu’il en paraît absent : une technique pure… Si pure que l’on parle volontiers, pour définir son judo, de shingi 神技 (technique divine) [cf, par exemple, 神技三船十段], et que son « spécial » (enfin… un de ses « spéciaux » !) est kûki nage 空気投 (projection aérienne*) :

timbre

 (Timbre commémoratif des Championnats du monde 1956 représentant Mifune Kyûzô exécutant kûki nage)

Prodige du judo, dont Wikipedia Japon ou le site du Musée Mifune nous apprennent (sans malheureusement proposer de sources) que l’on disait 「理論の嘉納、実践の三船」, « Kanô pour la théorie, Mifune pour son application », il commence le judo au Kôdôkan à 20 ans, en juillet 1903, pour connaître une progression fulgurante : 1er dan en octobre de l’année suivante, 2e en février 1905, 3e en 1906, 4e dan en 1907, 5e en 1909… Puis 6e en 1917, 7e en 1923, 8e en 1931. Il sera 9e dan en décembre 1937, du vivant de Kanô donc, puis 10e dan en mai 1945.

Alors, Mifune Kyûzô, pur esprit ?

Mifune Kyûzô nous a légué cette image d’une forme idéale du judo. Il a également laissé des témoignages écrits, dont les plus célèbres sont sans conteste :

  • Jûdô kaikoroku 柔道回顧録 (Recueil de souvenirs sur le jûdô), 1953 :

judokaiko

  • Dô to jutsu jûdô kyôten  『道と術 柔道教典 』, 1954, mieux connu en Occident sous son titre anglais, Canon of judo, 1956 :

2012_0125_1
新規ドキュメント 20_8

  • Jûdô no shinzui 『柔道の真髄』 (La substantifique moelle du jûdô), 1965 :

shinzui

Mais, on le sait moins, il a également laissé traces d’un physique très éloigné de l’image que l’on a de lui. Ainsi :

  • En juillet 1907, à 24 ans :

 

Mifune_M40_475e9c99

 (Mifune à gauche, source image)

  •  Ou encore, à 37 ans, en août 1920 :

Mifune_Ishiguro_T9-août_yûkô-no

 (Mifune est le n°5 – Source : Revue Yûkô no katsudô 有効乃活動, « près du puits après l’entraînement [d’été, shochû keiko 書中稽古] »)

  • Ou comme en témoigne encore le buste qui orne le hall d’entrée du Musée Mifune 10e dan (三船十段記念館), oeuvre d’Itsutsuji Tsutomu 五辻勉 représentant Mifune jeune :

3

(source photo)

Comme quoi, la dissolution du corps dans la technique, ça se travaille en amont !

 

Notes – 注 :

* Kûki nage dont le Jûdô daijiten (Grand dictionnaire du jûdô, Atene shobô, Tôkyô 1999, p. 128) nous rappelle qu’il ne s’agit pas d’un nom de technique officiel mais du surnom du spécial de Mifune, technique située entre sumi otoshi et uki otoshi.

Sources – 参照文献 :

Shimazu Yoshitada 嶋津, 義忠 .「柔道の神様」とよばれた男 : 空気投を生んだ三船久蔵十段 (L’homme que l’on appelait la divinité du judo : Mifune Kyûzô, 10e dan, qui a créé Kûki nage) . Tôkyô, PHP kenkyûsho, sept 2013, 347 p.