Kanō a créé le judo à 21 ans

A la suite de l’article précédent, il me faut dire un mot de l’âge de Kanō Jigorō lors de la création du judo. On peut lire différentes choses, qui vont de 21 à 23 ans. 21 ou 23 sont justes, mais pas 22.

Pourquoi ? Parce que 22 est un calcul rapide basé sur la soustraction :

1882 (année de création du judo) – 1860 (année de naissance de Kanō) = 22 ans

Or, le Kōdōkan jūdō a été créé en mai 1882, et Kanō est né en décembre 1860. Lors de la création du judo, nous dirions aujourd’hui qu’il vient donc de fêter ses 21 ans en décembre 1881, et qu’il n’aura ses 22 ans qu’en décembre 1882, soit 7 mois après l’ouverture du Kōdōkan.

Alors pourquoi « 23 ans » est-elle aussi une affirmation juste ?

Parce que jusqu’au lendemain de la seconde guerre mondiale, les Japonais comptaient les âges selon un système dit kazoedoshi 数え年. Dans ce système, le 0 n’existe pas. L’enfant, à sa naissance, a donc « 1 ». Or, le système d’anniversaire individuel n’existait pas : tout le monde prenait un « an » lors du changement d’année (une des appellations de la nuit de passage d’une année à l’autre est d’ailleurs toshitori 年取り, « prendre une année »). Donc, pour l’âge de Kanō, il reçoit « 1 » (an) le 28e jour du 10e mois de l’an 1 de l’ère Man.en (10 décembre 1860) puis, 2 mois plus tard (lors du passage de l’an 1 à l’an 2 de l’ère Man.en – nous sommes toujours dans l’ancien calendrier, souvenez-vous !) , à nouveau « 1 ». Pour nous, aujourd’hui, ce serait un bébé de 2 mois mais, dans l’ancien système, il avait 2 « ans ». Donc, 2 ans lors du passage 1860 à 1861, cela donne bien 23 ans lors du passage de 1881 à 1882.

Aussi Kanō avait-il bien 21 ans (selon notre système actuel d’anniversaires) ou 23 ans (selon l’ancienne façon japonaise de compter) lorsqu’il a créé le Kōdōkan jūdō.

Alors, peut-être que plutôt que la photo classiquement employée dans nos dojos d’un Kanō septuagénaire sage et vénérable, en vêtements japonais, devrions-nous utiliser (ou du moins imaginer), un gamin de 21 ans, extrêmement intelligent et sûr de lui qui, sous des abords iconoclastes, a redonné, en le transformant, vie et souffle à un savoir sur le point de s’éteindre. Ce jeune homme-ci (photo de 1881):

KanoM14Mais l’impact serait-il le même si cette photo remplaçait celle qui occupe notre esprit ? Et pourtant…