Ninjas et journalisme

En mai 2015, un journaliste, en charge de l’article sur les ninja d’un numéro spécial Japon à paraître sur l’été de cette même année, d’un journal se revendiquant sérieux, m’a demandé de bien vouloir répondre, par écrit, à quelques questions (en bleu). Je publie ici l’intégralité de ma réponse, qui commence par une remarque liminaire, telle quelle (à l’exception de quelques fautes de frappe corrigées). Outre que je n’ai pas reçu ne serait-ce qu’un accusé réception à cet envoi, je laisse juge le lecteur, s’il retrouve l’article en question, de l’art et de la manière d’utiliser les sources sollicitées auprès de spécialistes quand elles ne cautionnent pas le discours visiblement attendu.

Remarque liminaire

La lecture « ninja » des caractères 忍者 n’est attestée que depuis la 2nde moitié du XXe s. Avant, on parle de shinobi no mono (autre lecture possible des mêmes caractères). C’est d’ailleurs sous cette lecture qu’il apparaît avec la première définition qu’on lui connaisse dans le Buke myômoku shô (1806). A titre d’exemple, le « ninja » le plus célèbre du XXe s., Sarutobi Sasuke (personnage appartenant à l’imaginaire collectif puis de fiction) n’est jamais avant-guerre qualifié de « ninja » même s’il fait du « ninjutsu ».

Parfois, ce shinobi est transcrit avec un autre caractère, « 窃 », qui a le sens de « voler ». En outre, ce que l’on nomme aujourd’hui « ninja » a eu différentes appellations, et l’on trouve notamment suppa (« celui qui prend par la force »), rappa (« brute ») ou shinobi, mais parfois écrit 窃, et signifie « voleur ».

On commence à voir que la réalité est assez loin de notre image romantique actuelle.

Que veut dire ce « nin / shinobi » 忍 ? Le dictionnaire de référence japonais, le Kôjien, nous dit :

  • Retenir ses émotions ;
  • Endurer l’insupportable impassiblement ;
  • Echapper au regard des gens.

Explication du caractère忍 : lame 刃 + cœur 心 à « s’est forgé le cœur [l’esprit] comme une lame de sabre patiemment façonnée »

En outre, le « ninja » a essentiellement eu pour mission de collecter des informations, recourant à toute ruse pour cela, y compris pour s’infiltrer, le plus souvent « au grand jour » par le déguisement notamment. Plus rarement, il a eu pour mission de s’infiltrer soit pour tuer une personne précise, soit pour déclencher, au signal, un feu chez l’ennemi qui permettrait de le désorganiser pour permettre une attaque frontale classique par les guerriers.

Bref, c’est un espion, comme il y en a eu en tout temps et tout lieu. Il faut s’ôter de la tête le guerrier tout de noir vêtu, ce qui ne laisse guère de doute quant à ses intentions si l’on est démasqué. L’espion préfèrera se fondre dans la masse et obtenir des informations par la discussion, par exemple, plutôt qu’en escaladant.

Quelle est la véritable origine des Ninjas ? Il semble que les versions diffèrent. Que pouvez-vous dire là-dessus ?

Cela dépend de ce que l’on entend par « ninja ».

Si c’est celui qui va chercher chez l’ennemi des informations, c’est aussi vieux que la guerre elle-même, et en rien spécifique au Japon.

Il y a dans le Taiheiki (qui traite d’événements à partir de 1333 et jusqu’au début du XVe s.) référence à des « shinobi no mono » mais ce sont des guerriers à qui on demande de s’infiltrer, pour collecter des informations, ou mettre le feu. Ce ne sont pas des « ninja ».

C’est sans doute lors de la période dite Sengoku (1477-1573) que l’on trouve ce qui approche le plus de ce que l’on imagine par « ninja », selon deux axes :

  • Des ligues se forment (ikki), avec serment de solidarité et structure quasi-horizontale, pour auto-gérer un domaine qui, souvent, se trouve sur les terres d’un domaine plus vaste, contrôlé par un Sengoku daimyô, un « seigneur de la guerre ». Pourquoi ce Sengoku daimyô tolère-t-il ces ligues ? Parce qu’elles ne cherchent pas à s’étendre, d’une part, et que, lors des guerres, elles s’avèrent de précieux alliés. En effet, agissant en mercenaires – mais n’ayant d’autre fidélité que la ligue elle-même et donc louant leurs services à qui les payent –, elles se battent d’autant mieux que leurs membres se connaissent parfaitement. Evidemment, il est aussi possible de les rémunérer pour la collecte d’informations, toujours utiles, voire vitales dans un monde aussi instable que celui qui était le leur. Or, il est arrivé que ces ligues s’étendent à une région (on parle alors de ), comme ce fut le cas pour Iga et Kôga.
  • Les seigneurs de la guerre ne faisaient pas toujours appel à des ligues (indépendantes de son autorité par définition) et entretenait parfois des hommes chargés du même type de mission. Il s’agissait donc de « ninja »… mais directement et officiellement sous les ordres du daimyô (qui gardait parfois femme et enfants en otage le temps de la mission pour faire passer toute envie de trahison).

Or, après le massacre de la ligue d’Iga par Oda Nobunaga en 1581 (après un échec en 1579), les « ninja » d’Iga (et de Kôga, la région voisine avec laquelle ils entretenaient des relations) deviennent très recherchés par les daimyô qui les emploient dans tout le pays. Paradoxalement, c’est leur dissolution qui a fait, avec leur dispersion, leur succès (Iga et Kôga devenant une « marque, un « label », aujourd’hui encore).

Quel est le premier Ninja ?

Cela dépend encore de ce que l’on entend par « ninja ». Naruto ? 😉

Il y a des « ninja », poches de l’mage romantique qu’on en a, qui ont laissé un nom : Morita San no jô (originaire d’Iga, il résiste à Oda Nobunaga et sera l’allié de Tokugawa Ieyasu lors du siège d’hiver du château d’Ôsaka en 1614). Ou encore Hattori Hanzô Yasunaga (originaire d’Iga lui aussi et également au service de Tokugawa) même si c’est son fils, Hattori Hanzô Masanari (parfois lu Masashige) qui est surtout connu car il obtiendra pour sa famille la charge de la garde du château d’Edo, mais il n’est déjà plus considéré comme un « ninja ».

Mais qui a bien pu être le premier ninja ? On ne le sait pas, ce qui prouve qu’il était bon ! 😉 D’ailleurs, avait-il seulement conscience d’être le premier ninja ? Non, bien sûr, puisque cette idée de « ninja » est reconstruction a posteriori. Il n’y a pas eu création d’un « ordre ninja » (cf. infra), pas plus que du ninjutsu (on devrait d’ailleurs parler des ninjutsu), collection tardive de techniques permettant à « l’espion » / « commando » d’arriver à ses fins.

Pourquoi dit-on qu’ils sont les ennemis des samouraïs ?

Parce qu’on dit n’importe quoi. On ne parle pas de la même chose.

D’abord parce que ce que l’on entend généralement par samurai ne concerne que la période d’Edo ou, en tirant allègrement sur le concept, la période Azuchi Momoyama, à la fin d’Oda Nobunaga et plus nettement à partir de la « chasse aux sabres » de Toyotomi Hideyoshi qui, par contraste, consacre le statut de guerrier professionnel, coupé de la terre.

Or, la période d’Edo, est celle où les « ninja » vont disparaître (cf. infra). Ils n’ont donc eu que peu maille à partir (sauf dans les films, bien sûr).

Ensuite parce que, pendant la période Sengoku comme au début d’Azuchi-Momoyama, ce que les guerriers (dont certains formeront bientôt la classe des samurai) craignent, c’est « l’espion », ou « l’infiltré », quelle que soit son origine (et ce en tout temps et tout lieu).

Enfin parce que s’il est l’ennemi des uns, il est l’allié des autres…

En revanche, l’image du ninja est allègrement utilisée pour mettre en valeur, par contraste, le comportement du samurai : qui se bat loyalement, d’homme à homme(s) sans reculer devant son devoir, en toute lumière. A l’opposé, le ninja ruse, se tapit, évite l’affrontement direct… « triche ».

Comment comprendre l’image qui est donnée aujourd’hui des Ninjas ? On semble les réduire à de simples pratiquants d’arts martiaux. Or, les Ninjas, c’est bien plus que cela ?

Parce qu’on veut les faire coller aux valeurs de notre époque et que ce que nous appelons « ninja » n’a jamais existé. Cette valeur étant celle du « nin » de ninja dans son acception : « s’est forgé le cœur [l’esprit] comme une lame de sabre patiemment façonnée » au travers d’une discipline

Alors que la réalité (si ce mot à un sens) a certainement été dans l’exclusion de cette acception au profit des deux autres.

Je dirais même qu’un bon ninja n’aurait jamais dû avoir à utiliser ses qualités martiales, puisque cela signifiait l’échec de la méthode.

Peut-on parler d’une classe ninja, d’un ordre ninja ?

Non, je ne pense pas. Des familles, des clans, voire – à Iga et Kôga – des ligues se sont formées et certaines de ces familles ont perpétué et développé un héritage. Socialement, il n’y a jamais eu de « classe » ninja, au mieux une fonction et / ou une identité à laquelle chacun a accordé plus ou moins d’importance. Il n’y a jamais eu « d’ordre » non plus. Pour cela, il aurait fallu une seule et même tradition, une hiérarchie unique à l’échelle du Japon, des initiés (et donc des rites initiatiques) et cela n’a jamais été le cas. Il y a eu différentes écoles, traditions, ambitions… la seule chose partagée par ces « shinobi no mono » étant une volonté de servir leurs intérêts (ou de les protéger) par tous les moyens à leur disposition. Si on peut parler assez tôt de guildes (des burakumin, des aveugles…) au Japon à l’échelle nationale, dont le chef avait un statut lui autorisant, pendant l’époque d’Edo, l’accès au shôgun, il n’y a jamais rien eu de tel pour les « ninja », ni pour aucune tradition martiale, d’ailleurs.

Quand et pourquoi les Ninjas disparaissent-ils de la société japonaise ?

Quand ils deviennent inutiles, c’est-à-dire au cours de l’époque d’Edo, période de paix dans un pays réunifié avec une autorité centrale forte et une société socialement comme géographiquement cloisonnée. On sait que les daimyô conservaient des familles issues de ces traditions et ce jusqu’en l’an 2 de l’ère Meiji (1869), moment où ils perdent la possession de leur fief, les terres retournant à l’empereur. Cependant, cela faisait déjà plusieurs générations qu’ils n’étaient plus employés qu’à des fonctions subalternes de garde des portes ou de veilleur, mal rémunérés comme mal considérés.

Leur action d’éclat au cours du XVIIe s. reste les émeutes de Shimabara, 1637, et on sait que le daimyô d’Okayama, craignant des troubles qui auraient pu rejaillir sur son domaine, a envoyé des espions (on a les rapports, 44 en tout) espionner ce qu’il se passait dans le fief voisin, Akô, dont le daimyô avait dû se faire seppuku au moment de l’incident d’Akô, connu comme les « 47 rônin » en 1701. Il est probable que dès le début du XVIIIe s., avec la culture citadine qui se mettait en place grâce à la paix maintenue, le rôle des « ninja » ait fortement diminué.

Qu’ont-ils laissé derrière eux ?

Une image fantasmée qui nous en dit sans doute plus long sur l’époque des auteurs qui les évoquent et mettent en scène (et notamment la nôtre) que sur eux !

Que penser des articles de journaux qui nous parlent parfois de la disparition du dernier Ninja (Hiroo Onoda, second lieutenant de l’armée impériale durant la Seconde Guerre mondiale envoyé en mission aux Philippines) ?

Qu’on amalgame et déforme tout pour un peu de sensationnalisme. Les articles en référence à Onoda parlent de « nintai », c’est-à-dire de patience / endurance / persévérance, en ce qu’il a accompli sa mission sans jamais renoncer pendant 30 ans. Certes, le premier caractère est le même que celui de « ninja » mais ça n’a juste rien à voir. Rien dans son histoire personnelle ou familiale ne le relie à la moindre tradition « ninja ».

En revanche, Kawakami Jin.ichi se réclame, lui, héritier de ces traditions, et intervient en tant que tel à l’université de Mie.

Que sait-on des kunoichis, les femmes-ninjas. Ont-elles réellement existé ?

Kunoichi est un jeu de « mot ». Le caractère « fille / femme », s’écrit 女 et l’ordre des traits (il y en a 3) est く à ノ à 一. Or, le premier peut se lire, en hiragana, « ku », le deuxième, en katakana, « no » et le troisième, en kanji, « ichi ». Kunoichi veut donc simplement dire « femme », « fille », essentiellement pour les femmes ninja en référence aux « codes » utilisés pour transmettre les messages ou se reconnaître (comme n’importe quel espion, en tout temps et tout lieu).

Elles ont bien sûr existé. Les « ninja » étaient des ligues / clans / familles et tout le monde était impliqué si nécessaire. Si les circonstances faisaient qu’il apparaissait plus judicieux d’envoyer une femme en quête d’informations ou d’infiltration (se faire inviter dans la demeure comme artiste, par exemple), elles étaient mises à contribution (comme n’importe quel espion, en tout temps et tout lieu).