Butsukari renshû et Uchi komi

Suite à la parution de Promenades en judo (1) en octobre 2015, deux hauts gradés français m’ont dit que leurs premiers professeurs – qui n’était autre, pour l’un d’eux, que Me Michigami – n’employaient pas le terme d’uchi komi mais celui de bustukari pour ce même exercice. Or, comme jusque-là j’ignorais que cette appellation avait été usitée en France, j’y vois l’occasion d’une petite explication.

Des dictionnaires et des définitions…

Le terme complet est butsukari renshû mais, si cette dénomination apparaît bien dans le Grand dictionnaire du judo (2), c’est pour renvoyer à kakari renshû. Or, la définition de kakari renshû dans ce dictionnaire est proche de ce que nous appelons, en France, kakari geiko (répéter une technique en ayant fixé par avance la direction, le déplacement), alors que, kakari geiko renvoie, toujours dans ce même dictionnaire, à kake jiai, qui correspond à nos « tate » !
Toutefois, le Petit dictionnaire du lexique du judo édité par le Kôdôkan (3), s’il ne contient pas butsukari renshû, propose kakari renshû et kakari geiko avec une même définition qui se termine par « On parle également d’uchi komi. » (p. 16), ce que confirme l’entrée « uchi komi », dont l’explication finit par : « On parle également de kakari renshû ou de butsukari renshû » (p. 12).

Pourquoi ce manque d’unité ?

Si la tentation première est de supposer qu’il ne peut y avoir qu’une seule appellation juste, s’en remettre à l’histoire de la diffusion du judo au Japon même puis à l’étranger permet d’envisager une explication un peu différente.

Une appellation « juste » dans le cadre du judo, ne pourrait-être qu’une dénomination choisie par Kanô Jigorô. Or, il n’emploie aucun de ces termes dans ses écrits (à ma connaissance en tout cas). Resterait donc le témoignage de ses contemporains et élèves, mais je n’en ai jamais trouvé aucun (jusque là) pour décrire aussi précisément le contenu d’une séance sous la direction de Kanô Jigorô et/ou les termes qu’il employait dans ce contexte. Mais cela paraît normal car Kanô était un théoricien de la pratique : il a sélectionné les techniques en se basant sur les principes mécaniques, a révélé le secret de leur application (kuzushi – tsukuri – kake), conçu les kata, offert les piliers (kata, la grammaire; randori, l’exercice libre; kôgi, la conférence ; mondô, la disputation), proposé une direction (par ses écrits notamment, mais aussi les « maximes »). Mais il a laissé à d’autres la logique de l’entraînement. Et les procédés tels que nage komi, kakari geiko, uchi komi, etc. relèvent de cette dernière dimension.

Chaque professeur devenu entraîneur a donc employé l’appellation qui lui avait été soit transmise, soit qui lui semblait la plus pertinente et il n’y a rien d’étonnant qu’en fonction des dojos et filiations, des termes se soient créés et propagés ou que de mêmes termes aient eu des emplois légèrement différents selon les régions ou écoles.

Deux visions

Que Me Michigami ait employé butsukari renshû pour uchi-komi laisse entendre que du côté de Busen (Kyôto) – et donc probablement de la diffusion au travers de la Butokukai -, c’est dans le sens du kakari renshû du Petit dictionnaire du lexique du judo qu’il était entendu. Et, quand on connaît les méthodes qu’étaient celles de Busen, cela ne paraît pas étonnant.

Pour le comprendre, il nous reste à revenir au sens des mots. « Butsukari » est un substantif tiré du verbe « butsukaru« : « percuter », « se heurter contre », « bousculer ». Quant à uchi komi :

« Uchi-komi (uchi, l’idée de frapper perpendiculairement et donc avec un maximum de force), c’est, par des frappes successives, faire entrer toute la matière dans un moule, dans une forme. C’est donc, par la répétition, à la fois former son corps à la technique, et aussi, peut-être, adapter la technique à sa forme de corps, jusqu’à ce que les deux soient indissociables, en respectant scrupuleusement toutes les étapes […] C’est faire de ce processus quelque chose qui nous soit constitutif. » (1, p. 125)

On peut donc dire que, dans le cas de butsukari renshû = kakari renshû = uchi komi, le même exercice est perçu et décrit de deux façons différentes. Dans le cas de butsukari renshû, il s’agit d’une description extérieure : « on rentre dans le partenaire », littéralement « exercice de percussion », tandis que pour uchi komi, on insiste sur l’effet, le but de l’exercice : « faire entrer », « assimiler », « incorporer » la technique par la répétition.

Deux visions… deux aspects d’un même exercice ou deux réalités, deux rapports au monde ?

 

(1) Yves Cadot, Promenades en judo, Metatext, 2015.
(2) Jûdô daijiten, Atene shobô, 1999.
(3) Jûdô yôgo ko jiten, Kôdôkan, 2000.